Conseil bien-être du mois d'avril : dépasser sa sur-charge mentale !

Mis à jour : 2 déc. 2019


Par Annie Charbonnier, access-bar


J’en ai plein la tête : je suis entrepreneur/se, je débute mon activité et mon cerveau n’arrête pas de tourner ! Je pense avoir le bon concept mais il me faut changer d’angle parce qu’il ne cible pas le bon client. Le plan de communication, les conseils de part et d’autre, le coaching, les essais de démarchage, les refus, les accords aussi, la méthode, l’organisation, le respect des plannings, ma propre procrastination… Mes doutes, mes colères, mes craintes ! La confusion commence à prendre trop de place ce qui m’empêche d’avoir l’esprit clair. Je suis comprimé(e), j’ai du mal à respirer.


Prenons un autre exemple : une salariée, professeur des écoles, très consciencieuse, qui a trois enfants, les deux derniers sont des jumeaux …. Avant même de commencer ses cours le matin, son cerveau est déjà en ébullition ! Entre le réveil et l’arrivée à la garderie, deux heures se sont écoulées, non-stop, à penser à toute la logistique ! Et enfin, il est 8h00, il lui faut commencer son propre cours !! Cette super woman a malheureusement fait un burn-out il y a 5 mois !


La surcharge mentale nous guette, c’est une évidence ! Comment, dans cet espace aussi restreint, pouvons-nous emmagasiner autant de pensées ? Environ 70000 par jours, et peut être plus, quand la confusion est augmentée !

Alors, que faire pour abaisser cette charge mentale avant qu’il ne soit trop tard ? Voici quelques conseils :


1/ En prendre conscience


Comment me direz-vous ? Le corps nous le fait savoir ! Il est un merveilleux indicateur, encore faut-il l’écouter ou décoder ses signes. En voici quelques-uns :

Atteintes physiques

  • Troubles musculo-squelettiques (douleurs des articulations et douleurs musculaires).

  • Troubles gastro-intestinaux (maux de ventre, douleurs et ulcères d'estomac).

  • Accidents cardiovasculaires et accidents vasculaires cérébraux (hypertension artérielle, palpitations cardiaques, cardiopathie coronarienne...).

  • Céphalées, migraines, crises d'asthme.

  • Hypercholestérolémie, diabète de type 2.

Atteintes psychiques

  • Fatigue et irritabilité chroniques

  • Troubles du sommeil

  • Bouffées de chaleur et hypersudation

  • Crises d'angoisse, dépression majeure

  • Dysfonctionnement sexuel

  • Syndrome dépressif d'épuisement professionnel, burn-out

Troubles du comportement

  • Réactions auto et hétéro agressives.

  • Troubles des conduites alimentaires (obésité).

  • Consommation accrue de médicaments.

  • Consommation accrue d'alcool, de tabac et autres substances psychotropes.

  • Isolement social (sédentarité, réduction des loisirs et des activités communautaires).

  • Difficulté d'apprentissage, performances réduites.

  • Mauvaises décisions, incohérences dans les actions, erreurs d'exécution.

  • Comportements à risque et actions suicidaires.

  • Hyperactivité ou au contraire apathie, cynisme, démotivation complète.

Source : Article prévention et santé au travail ; 2013


Encore fallait-il le savoir, car il peut être difficile d’admettre que notre corps est en souffrance.

Je me souviens, il n’y a pas si longtemps, d’avoir recommencé à fumer ou boire un ou deux apéro(s) le soir en rentrant. Les enfants sont un excellent indicateur également : ils ne jugent pas forcement mais font quelques remarques, les copains et la famille aussi… Même si cela peut être agaçant, car nous le prenons comme une faiblesse. Bref, encore faut-il les entendre et les écouter.

La bonne santé de mon entreprise/de ma famille/de mon équipe passe par moi ! Je me responsabilise sans me juger, car sinon je m’enfonce encore le couteau dans la plaie.


2/ Prendre du bon temps


Finalement ce n’est plutôt pas mal comme conseil : sortir marcher, courir, faire du sport, rire avec les enfants et les amis, jouer, aller au cinéma, se poser, prendre le temps d'enlacer son conjoint ou sa conjointe, se FAIRE PLAISIR tout simplement.


Ce sont des conseils que l’on entend partout mais que nous n’appliquons pas forcément car nous avons nos excuses favorites : « Je n’ai pas le temps » ou bien « Je suis fatigué(e) ! »

Il est donc important de faire une place dans notre planning et de noter « Bon temps ». Incluons-le dans notre organisation : ce n’est pas négociable !




3/ Se faire aider


Le troisième conseil serait en effet de ne plus hésiter : se faire aider est NORMAL ! On ne peut pas tout faire, et notre surcharge doit sortir, prendre une autre forme : par les mots plutôt que les maux. Prenons soin de notre corps.

Quelques exemples de pratique :

  • Se faire masser abaisse les tensions, méditer permet de mettre au repos notre esprit en se concentrant sur la respiration, ou en laissant filer les pensées sans s’y attarder …

  • La technique d’Access Bars consciousness, efficace et pragmatique, permet de déblayer et de chasser la charge mentale en appliquant des points d’acupression sur la tête. Une sorte de nettoyage qui permet d’avoir les idée plus claires.

  • La sophrologie, la psychologie... chacun doit trouver la technique qui lui convient, celle qui lui sera efficace sur le moment et qui permettra de s’alléger.

Ce qu’il est nécessaire de retenir, c’est que la charge mentale est une réalité dans notre mode de vie actue. Tout va très vite, alors restez vigilants aux signes extérieurs et intérieurs et mettez en place un plan d’action « Bien-être » dans votre emploi du temps pour pouvoir garder une bonne santé !


Annie Charbonnier

Access-bar consciousness


Contacts :

http://elabor-et-sens.com

06 80 11 44 66

acharbonnier22@gmail.com]

Elabor & Sens

27 Rue Léquier, 22190 Plérin

0 vue

Suivez Good Place sur Instagram !

salle de réunion renne