top of page

Bien-être au travail : quel rôle ont les managers?

Dernière mise à jour : 5 avr. 2022

La crise que nous traversons depuis deux ans nous a fait réfléchir sur nos modes de travail et le sens que nous lui donnons. Jamais on aura autant parlé de Qualité de Vie au Travail et de bien-être au travail dans les organisations. Pourtant, beaucoup d'entreprises n'ont pas encore pris conscience que l'Être Humain est un élément central de la réussite du projet.



Qu'est ce que le bien-être au travail ?

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit officiellement le bien-être au travail comme un état d'esprit caractérisé par une harmonie entre d'un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du collaborateur et, de l'autre, les contraintes et les possibilités du milieu de travail.

Le bien-être au travail intègre le bien-être physique et le bien-être psychologique du collaborateur :

  • le bien-être physique concerne le confort du collaborateur au sein de l'entreprise et à son poste de travail,

  • le bien-être psychologique concerne l'ambiance de travail i.e, poste en adéquation avec le collaborateur, bonnes relations entre collègues, management positif, valeurs positives de l'entreprise.

Nouvelle ère : trouver sa raison d'être

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère du travail.

Dans "le monde d'avant ", l'objectif d'une entreprise était de faire croître son chiffre d'affaires tous les ans, coûte que coûte, à coût de pression sur les équipes pour atteindre les résultats escomptés. C'était l'objectif numéro 1.

Cet ancien mode de fonctionnement est loin d'avoir disparu. Mais il cohabite désormais avec des entreprises et des chefs d'entreprise pour qui la notion de contribution est essentielle. Ils cherchent à définir la "raison d'être de l'entreprise". Celle-ci désigne la façon dont elle entend jouer un rôle dans la société au-delà de sa seule activité économique.

Conscientes du monde qui les entoure, ces entreprises s'interrogent sur leur contribution à un monde meilleur. Les notions de sens et d'impact (social, environnemental...) sont très importantes.


Le rôle du manager conscient

Dans cette nouvelle ère, le rôle du manager est essentiel. Un manager conscient saura utiliser ses compétences émotionnelles pour manager. Il est attentif à son propre équilibre, aux besoins de son équipe et à ceux de l'organisation. Souvent, il a déjà réalisé un travail intérieur pour se connecter à lui-même, à ses valeurs, et parfois, il a choisi de se faire accompagner.

Il a développé la capacité à porter son attention sur le moment présent. Ce manager, attentif aux changements de son environnement, empathique, sait identifier les meilleures actions à entreprendre. Ils est capable d'atteindre des objectifs en prenant soin des collaborateurs.

Quel que soit le chemin, le manager conscient, s'appuyant sur des valeurs fortes, en quête de sens et de contribution à quelque chose de supérieur, est un moteur essentiel à la réussite de toute entreprise collective de cette nouvelle ère.

Il est aussi un contributeur indispensable à la transformation du monde du travail, et plus largement, du monde.


L'écoute et la communication : les compétences clés du Leader conscient


Au quotidien, sur le terrain, avec ses collaborateurs, le Leader conscient choisira de :

  • donner du sens, faire confiance à priori, faire sentir à ses collaborateurs qu'ils sont importants, donner des signes de reconnaissance

  • voir l'échec comme un apprentissage

  • cultiver le feedback positif, être à l'écoute,

  • faire grandir ses collaborateurs en les aidant à développer leur savoir-être (compétences douces) et savoir-faire (compétences dures),

  • communiquer à travers des points informels réguliers plutôt que des réunions à rallonge, chronophages et souvent peu efficaces,

  • s'appuyer sur l'intelligence collective pour développer l'entreprise.


Les collaborateurs sont le capital le plus précieux de l'entreprise

C'est en prenant soin de leurs collaborateurs que les dirigeants verront naturellement les retombées positives sur le développement de l'entreprise en créant :

  • Plus d'engagement dans l'entreprise. En misant sur une bonne qualité de vie au travail, ces entreprises vont favoriser l'investissement et la motivation de leurs collaborateurs

  • Une ambiance agréable au bureau. Si l'entreprise tient compte du bien-être professionnel de ses collaborateurs, elle verra un impact positif au niveau individuel, mais aussi au niveau collectif, en terme de fonctionnement et de résultats de l'entreprise

  • plus d'efficience, plus d'épanouissement...

  • et in fine, plus de compétitivité pour l'entreprise


Concrètement, on fait comment pour favoriser le bien-être au travail ?

Il existe au moins 5 facteurs qui vont favoriser le bien-être au travail.

  • Côté collaborateurs : l'établissement d'une relation de confiance, du dialogue et d'une bonne entente, entre les collaborateurs et les managers.

  • Côté managers : une écoute, une attention sincère et authentique et une réelle volonté de faire grandir les collaborateurs, le recours à l'intelligence collective pour favoriser la coopération et l'engagement au sein des équipes. Les managers auront peut-être besoin d'être formés à cette posture.

  • L'accompagnement des équipes (managers et collaborateurs) pour apprendre à écouter ses besoins, se responsabiliser, prévenir le stress au travail, s'appuyer sur ses talents et développer son adaptabilité. Cela peut prendre la forme de formations ou d'ateliers sur le fonctionnement du stress, accompagnés d'outils pour apprendre à retrouver la sérénité de façon autonome.

  • Une organisation du travail, des responsabilités, des missions claires pour chacun.e

  • Le confort de l'espace de travail (pour prévenir, entre autres, les TMS)

Je conclurai en insistant sur le fait que mettre l'Humain au coeur des préoccupations entrepreneuriales n'est pas une vaste utopie: c'est plutôt un formidable moteur de croissance, pour l'entreprise comme pour tous ceux qui l'animent.



Valérie Pilard - Formatrice, facilitatrice

112 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page